Un mélange de poudre de charbon avec de la peinture acrylique blanche donne une peinture grise, conductrice après séchage. La couleur permet dans une certaine mesure de faire à peu près toujours le même dosage et aussi de vérifier que le mélange est bien homogène.

Une roue pleine veint d’être traitée. Ici l’isolant est le disque assez large. Il faut relativement bien nourrir en peinture pour atteindre la valeur souhaitée. Je n’ai pas rencontré de problème dût à la collerette en plastique qui n’est pas dans le plan de la roue, comme le signale certains amateurs. Si l’on nourrit bien en peinture l’angle vif, on obtient malgré tout une résistance assez basse (trop basse !). C’est plus simple que d’araser la dite collerette et moins risqué pour l’essieu.

Sur ces roues à rayon la bague isolante est bien plus étroite, il faut être parcimonieux sur la peinture.